Et si on posait les bonnes questions ?

Mis à jour : juil. 19


Tombée dans la pédagogie dès la sortie de mes études, j'ai rapidement animé des formations sur la posture de l'accompagnateur (ça veut dire quoi "accompagner" un enfant, quelle posture pour accompagner un enfant etc.). Et pour me guider, une pensée ne me quitte jamais, c'est même devenu l'axe central de mes interventions.



En effet, quand j'ai entendu pour la première fois :


"L'important ce n'est pas de lui apporter les bonnes réponses mais de lui poser les bonnes questions."

PAF !


Ça a tout de suite résonné en moi, tout faisait sens, c'était comme une évidence. Ces quelques mots réussissent à exprimer tout ce en quoi je crois (quand dans ma tête ça fait au moins 80 pages 4 graphiques et 17 schémas). Aujourd'hui ce n'est donc certainement pas un hasard, un coup de tête ou un coup de com si j'ai choisi le nom LesBonnesQuestions pour mon projet d'ateliers de réflexion pour enfants et adolescents.


Parce qu'en plus de le dire (parce que c'est joli et ça fait bien :D), si on le pense et on l'applique,


cela signifie qu'on donne l'opportunité à celui qu'on accompagne de développer son autonomie, penser par lui-même, mieux se connaître et augmenter sa confiance en lui. Il est aussi possible qu'en l'invitant à chercher plus loin, on lui permette de faire évoluer ses représentations et s'offrir de nouvelles réalités, un nouveau regard sur le monde et lui-même. 

"L'important ce n'est pas d'avoir les bonnes réponses

mais de se poser les bonnes questions."


Celles et ceux qui me connaissent bien savent à quel point mon esprit de synthèse peut être aigu parfois... pourquoi faire 80 pages 4 graphiques et 17 schémas quand tout tient en quelques mots ?



Fany


---


Ne ratez pas la prochaine publication ! Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Sur Facebook c'est ici !

Ici c'est sur Instagram !


100 vues

©2020 par LesBonnesQuestions